9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 21:59


drapeau américain


Dès sa campagne électorale Barack Obama s’était singularisé par une approche très personnelle d’appréhender les menaces que semblait présenter le monde musulman pour l’Amérique. Hillary Clinton, son actuelle Secrétaire d’Etat, l’accusait, à l’époque, d’angélisme. Un an après il persiste encore et signe. Et cela a l’air de  fonctionner :

 

Actuellement, Elias Zerhouni,  envoyé scientifique américain pour les pays du Maghreb et du Golfe, est en visite à Alger, afin de définir les domaines de transfert et de coopération technologique entre les Etats-Unis et l’Algérie.


L’expert scientifique américain a déjà défini 6 axes de coopération technologiques et scientifiques possibles entre les deux pays :

 

  • La sécurité alimentaire en pays arides
  • L’eau
  • L’énergie solaire
  • Les énergies renouvelables
  • La santé et
  • Les changements climatiques

 

Le docteur Elias Zerhouni a également parlé de ponts virtuels dans le domaine médical. Sa visite en Algérie se fait dans le cadre d’un «  programme américain d’envoyés spéciaux pour la science », tel qu’il avait été défini en juin 2009, après la visite en Egypte, du Président américain.

 

Barack Obama lançait les ponts pour des relations nouvelles avec le monde musulman, lors de son discours du Caire :

 

«  Aussi longtemps que notre relation sera définie par notre différence, nous aiderons ceux qui préconisent la paix  plutôt que la haine (…) ce cycle de discorde et de méfiance doit prendre fin (…) Je suis venu ici pour rechercher un nouveau départ (…) fondé sur l’intérêt commun et le respect mutuel  »

 

Il y a stigmatisé  l’instrumentation du Monde musulman au dépend des populations. Et a parlé de justice, de progrès et de dignité. Enfin, il a dissocié le peuple musulman des extrémistes d’ « Al-Qaïda » et a  été ferme sur la création d’un Etat Palestinien, l’arrêt des colonisations  et le cesser le  feu en Palestine. Il n’a négligé ni l’Afghanistan, ni l’Irak, encore moins l’Iran. Et a reconnu la faute de l’Amérique dans la déstabilisation de ce pays. Puis il a terminé par la libération de la femme et le rôle qu’elle joue dans les grandes civilisations modernes.

 

Cela a porté ses fruits, car lors des manifestations de Téhéran, après la réélection contestée de l’ancien Président, les jeunes brandissaient des pancartes de photos du Président américain en scandant «  Obama, avec nous ».

Les a-t-il entendus ?


http://www.lefigaro.fr/international/2010/03/10/01003-20100310ARTFIG00051-israel-la-poursuite-de-la-colonisation-met-a-mal-l-optimisme-de-biden-.php

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

lumieres contemporaines 10/03/2010 14:28


Nous avons aussi un barak Obama qui n'hésita pas à dire que les occidentaux n'avaient pas à dicter aux femmes musulmanes comment s'habiller. Le modèle américain est un modèle communautariste
comme le modèle anglais. En définitive, sur ce terrain, je ne l'écouterai pas


L' ESPRIT D'ACTU

Des analyses et des faits qui mettent en perspective  notre Monde tel qu'il se dessine et nous aident à nous projeter vers ce que nous en faisons pour demain

drapeau européen

Rechercher

Articles

 Economie, Social, Politique, Finance, , Education, Société, Culture, Nouvelles Technologies, Sport, Météo 

Archives