25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 22:52


 carte-du-Rwanda.jpeg

L’histoire qu’affronte la France avec le Rwanda est faite de multiples rebondissements.
L’ex-Président Rwandais, Juvénal Habyarimana fut abattu par des missiles, provoquant, le le 6 avril 1994, l’explosion en vol de son Falcon 50.

 

Après un rapport d’enquête reconstituant les circonstances de sa mort, il apparaît que les accords d’Arusha qu’il tentait de finaliser en aient été la cause directe. Il prévoyait, en effet, un grand nombre de limogeages parmi les militaires de l’armée régulière rwandaise ; les FAR. [Forces Armées Rwandaises]. Si les soupçons pèsent encore sur les FAR, c’est qu’au lendemain de l’attentat, la première ministre rwandaise, Agathe Uwilingiyimana fut assassinée ainsi que les dix Para-commando belges qui étaient chargés de la protéger dans le camp des Forces armées rwandaises. Ces derniers interdirent  d’ailleurs l’accès des lieux du crash aux enquêteurs jusqu’à la mi-mai 1994. Mais il fallait trouver des coupables. La radio des mille collines désigna les Tutsis.  Et du 7 avril au 4 juillet, il s’ensuivit le plus grand massacre jamais connu dans l’histoire du Rwanda avec 800.000   tués, majoritairement Tutsis ; mais  également de nombreux opposants Hutus.

 

La France déclencha l’opération turquoise en juin 1994 ; soit près de trois mois après le début  du génocide. Mais elle ne s'interposa pas entre Rwandais et fut même suspectée d'avoir fourni des armes aux Hutus. Puis, elle accusa 9 proches du Président actuel, Paul Kagamé, d’avoir fomenté l’attentat et accorda le droit d’asile à des individus accusées par le gouvernement rwandais d’avoir pris part aux tueries. C’est ainsi  que se rompirent, fin  2006, les accords diplomatiques entre la France et le Rwanda.

Bernard Kouchner qui fut envoyé en avant-garde en janvier 2009, évoqua «  une faute politique  de la France » lors de ces évènements. Devant la violente réprobation générée par ses propos chez les chefs militaires français ainsi chez divers responsables politiques, on comprend mieux le refus d’un mea culpa trop tranché de Nicolas Sarkozy lors de sa récente visite au Rwanda.


http://www.rfi.fr/contenu/20100107-bernard-kouchner-est-arrive-rwanda 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lumieres contemporaines 26/02/2010 17:25


Etrangement on tente de se réconcilier maintenant.


Marcha 27/02/2010 00:34


Il est certain que la politique africaine de la France...


L' ESPRIT D'ACTU

Des analyses et des faits qui mettent en perspective  notre Monde tel qu'il se dessine et nous aident à nous projeter vers ce que nous en faisons pour demain

drapeau européen

Rechercher

Articles

 Economie, Social, Politique, Finance, , Education, Société, Culture, Nouvelles Technologies, Sport, Météo 

Archives