20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 18:06

 

 PHOTO DE TRAIN

 

   

Alors que l’espace aérien européen est bloqué par un évènement naturel imprévisible et non contrôlable, la guéguerre continue allègrement au sein de la SNCF. Pour des objectifs et des revendications qui interpellent bien entendu l’ensemble des Français. Si l'on sait que la  retraite est à 50 ans pour les conducteurs de trains , avec 2200 euros en début de carrières et 4880 euros en fin de carrière, plus des primes  et à 55 ans pour les autres salariés  du rail, plus la gratuité du paiement de billet de train [ Sauf TGV, Thalys…], la gratuité des soins, remboursés à 100% et un salaire net de départ non inférieur à 1500 euros net pour les cheminots, deux jours de repos pour un dimanche ou un jour férié travaillé. 

Et pour les patrons de la SNCF une rentabilité accrue faisant fi des intérêts et du comfort des passagers, par une diminution du trafic, voire la suppréssion de certaines lignes. 

 

 Alors que, quotidiennement, les usagers qui paient de plus en plus cher, des prestations non rendues, voyagent dans la plus grande insécurité ; car seuls les agressions sur  Agents sont actuellement prises en compte.  

 

Un système qui à grand renfort de publicité coûteuse essaie d’encourager les particuliers à utiliser le rail, alors que le service minimal, qui leur est du, n’est jamais rempli.

 

Et pour illustrer le tout d'un exemple concret je me permets de reprendre ces quelques mots, notés un jour sur un petit calepin, et retrouvés, oubliés, tout au fond d’un tiroir:

 

«  RDV le jeudi 8 décembre 2008 pour une projection Presse, rue de Galilée pour le film «  Tout sauf en famille », diffusion prévue 13 heures.  Billet de train pris à 11h 34, à la gare de Monsoult-Maffliers. Mais les trains de 11h 40 et de 11 h 50 ont été supprimés. Donc départ à 12 h 15. L’automate de la Gare du Nord ne reconnaît pas le dysfonctionnement des trains de banlieue, et mon billet est refusé. Une Mama africaine compatissante, avec une voiture de bébé, me permet de passer en même temps qu’elle. Ouf !  Je l’aide ensuite à se dépêtrer de l’automate qui n’accepte pas les voitures de bébé.  Arrivée aux Champs-Elysées, Métro Georges V à 13 h 25, grâce au ralentissement du trafic RATP à certaines heures de la journée. Soit près de deux heures, pour effectuer un trajet qui aurait du durer 57 minutes tout au plus».

 

 Manque de chance ce jour-là ? Manque d’organisation ? Pas du tout ; c’était la deuxième fois consécutive que je subissais cette avanie. En effet, pour la projection Presse du film « Khamza », j’ai  connu la même mésaventure.

 

Quelle cascade d’incompétences, assure aux usagers de la SNCF un dysfonctionnement si systématique des trains de banlieue ? Je me suis organisée maintenant pour ces trains de brousse que nous appelons   le «  système ferroviaire français » en prévoyant 3 heures de sécurité pour un trajet devant durer normalement trois quart d’heures ». Car à qui se plaindre devant la blafarde indifférence de ces rouages depuis longtemps inefficaces et irrémédiablement grippés.

 

Ce billet d’humeur ou constat de facturation de service non rendu, sans possibilité de dédommagement d’aucune sorte, sera un témoignage de plus dans les abysses de l’incompétence fonctionnarisante. Bien sûr, il est évident que je n’ai pu assister à ces deux projections, donc fournir la prestation qui m’était demandée. Chez n’importe quel prestataire de service, un remboursement immédiat du billet, suivi d’un avertissement sans appel des personnels incriminés, serait le juste salaire d’une telle abondance de préjudices.

Certains diront que c’est trop d’ingratitude pour un service qui fonctionne encore avec un minimum d’accidents, contrairement au modèle d’Outre-manche.

En effet, j’ai utilisé à mauvais escient un service, pensant que me fiant aux horaires affichés, j’aurais pu me rendre ponctuellement à un rendez-vous donné.

 

Alors, quand je prends désormais le train, je sais que je vais à l’aventure, comme embarquant sur un voilier sans voilure. J'ignore le temps, m’extasiant quand j’arrive à bon port, et me contentant juste du plaisir d’avoir été transportée. 

 

 

 

http://costkiller.net/salaires/couts-salaires-Salaire-SNCF-salaire-conducteur-TGV-hoax-rumeurs.htm

 

Article précédent :

 

Économie : Quel train pour la France en 2010 ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

ema2100 22/04/2010 17:33



J'ai oublié un lien :


ema2100.



ema2100 22/04/2010 17:32



Bonjour,


C'est vrai la SNCF part un peu "en sucette" ,


Kafka aurait sans doute adoré.


Prenez the car (la voiture). ,


sauf si elle "est cassée".


bon blog et bonne soirée
ema2100.


 



Joke 21/04/2010 08:27



Bonjour !


Ton article pose en même temps des problèmes qu'il serait, me semble-t-il, plus juste  et plus efficace de poser
séparemment. Car ils sont totalement indépendants.


1. Il y a à la SNCF des salariés (et quelques syndicalistes) qui demandent toujours plus car ils sont persuadés d'être (ou se
disent être) l'avant-garde de la classe ouvrière. Pour faire court, s'ils obtiennent 2200 € minimum, les smicards se battront pour avoir 1500 € ou 1800 €. Ils disent "montrer la voie". Ce n'est
pas une poussette qui va empêcher la Révolution - et doubler ton temps de trajet n'a aucune importance quand il s'agit de "conscientiser les masses populaires"....


 


2. Il n'y a plus aujourd'hui aucun agent de conduite ayant connu (en tant qu'agent de conduite) l'époque des locomotives à vapeur. La retraite à 50 ans pouvait se justifier à l'époque de la
vapeur, plus aujourd'hui. Tout le monde paie aujourd'hui l'incapacité des dirigeants de la SNCF et des gouvernants du début des
années 70 qui ont été incapables de modifier le statut des agents de conduite embauchés après l'abandon de la vapeur. Et comment changer ce statut aujourd'hui ? En mélangeant avec la question des
retraites qui concernent tous les Français ? Impossible car cela demanderait de traiter les roulants comme des salariés "normaux" et... plus aucun train ne roulerait !


 


3. Rentabilité de la SNCF...


Comparons la voiture, l'avion et le train.


Le train est, de loin, le moyen de transport le plus respectueux de l'environnement et le plus fiable. Mais il est, de loin, le plus cher !


Les péages et le prix des carburants que doivent payer les autos et surtout les autocars et les poids lourds, ne sont rien du
tout comparés aux charges qui pèsent sur le train - par l'intermédiaire de Réseau Ferré de France (RFF). 


Quant aux avions, les frais d'aéroports sont ridicules en comparaison. Les "aéronefs" sont dispensés des normes de bruit et de pollution. Amène ta voiture au contrôle technique sans échappement,
tu verras !


Résultat ? Si aller de A à B à 4 personnes dans une voiture coûte 100 €, le billet de train pour le même trajet coûte 120 € pour 1 personne.


Easyjet ? 70 € aller et retour !


Pour assurer sa rentabilité, la direction de la SNCF (ie le gouvernement) ne dispose que d'une "variable d'ajustement" : abaisser ses charges en personnel. On comprendra, alors, la colère des
personnels !


 


4. Certains verraient un bien meilleur fonctionnement de la SNCF si elle était privatisée. Il s'agit d'une approche parfaitement dogmatique, aussi dogmatique que celle de ceux que je vise dans mon point 1.
Comment une entreprise privée peut-elle gagner beaucoup d'argent (car c'est son unique objectif) et assurer un meilleur service ? La preuve que ce n'est pas possible : les trains privatisés
britanniques. Une catastrophe.


 


 



Marcha 21/04/2010 19:27



Oui, mais avons-nous le choix ?


C'est d'avantage un billet d'humeur qu'un article.


Car si les placards publicitaires fleurissent sur les avantage de prendre le train, et les tarifs ne manquent pas d'augmenter régulièrement, les prestations de la SNCF, elles, se dégradent chaque
jour d'avantage.


Bref !  C'est une structure qui vit en autarcie, sans soucis de l'usager.



L' ESPRIT D'ACTU

Des analyses et des faits qui mettent en perspective  notre Monde tel qu'il se dessine et nous aident à nous projeter vers ce que nous en faisons pour demain

drapeau européen

Rechercher

Articles

 Economie, Social, Politique, Finance, , Education, Société, Culture, Nouvelles Technologies, Sport, Météo 

Archives