13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 18:35

 

Denis consigny Je ne suis pas candidat mais j'ai un program

 10 €

 

 

 

Ce second essai de Denis Consigny s’inscrit dans une démarche de recherche de solutions pouvant apporter des remèdes à l’impasse où se trouvent actuellement les économies occidentales ; en réaménageant par exemple les rapports Nord-Sud  ; démarche compliquée, entravée et  bousculée par le nouvel ordre mondial et surtout par les déboires et  les limites d’un système financier moribond.

 

Denis Consigny, ingénieur de formation ; préconisateur des énergies renouvelables, se sent d’autant plus investi, qu’il craint que la non résolution de certains problèmes ne mène, à terme, à des désastres inéluctables et prévisibles, mais évitables ; dans le domaine du nucléaire par exemple.

 

Cet essai, dont les exigences intrinsèques sont résumées en un quizz de 26 points en fin d'ouvrage, fut soumis aux dix candidats à la présidentielle de 2012.

Si certains ont été repris [Fessenheim, la TVA sur les opérations financières...]ou peuvent encore l’être [le réaménagement de l'espace urbain en matière de transport, la révision de la législation sur la propriété industrielle...]; d’autres semblent plus compliqués à appliquer ; dans la mesure où ils font d’abord appel à un strict esprit civique qui précéderait et induirait toute Loi [ Faisant fi des groupes de pression qui les motivent souvent]..

Denis Consigny  rehabiliterait  en quelque sorte l’AGORA grecque ; où chaque citoyen déciderait et exercerait de manière consensuelle et transparente, dans un comportement vertueux,  de la gestion de la Cité ; en faisant signer à chacun une Chartre de bonne conduite. Celle-ci concernerait aussi bien les particuliers, les entreprises, les collectivités locales,  les Etablissement financiers,  mais aussi les hommes politiques qui seraient filmés dans l'exercice habituel de leur fonction. Ce qui serait innovant et totalement inhabituel si l'on se réferre aux pratiques actuelles.  

 

 

Qui est Denis Consigny  ?

 

 

Ingénieur- Innovateur conseil- Ecrivain
Créateur d'éco-produits et d'éco-activités (Isolant Métisse, Société Canada-clim ...)
Bloggeur : denisconsigny.blog.lemonde.fr

 

Ses publications :

    • l'Altruiste
      La vague verte - 1998
    • Le vieil homme et l'amère thune
      ABM Editions - 2007
    • Entre Ciel et Cimes
      Le Pré du Plain - 2008
    • Entre Terre et signes
      Le Pré du Plain - 2009
    • Et s'il suffisait
      Le Pré du plain - 2009
    • Je ne suis pas candidat  mais j’ai un programme                                                                                                                                        Ivoire - Clair - 2011

  

 

La Presse spécialisée en parle :

 

 

http://lecercle.lesechos.fr/auteur/denis-consigny

 

http://www.news-banques.com/je-ne-suis-pas-candidat-mais-j%E2%80%99ai-un-programme-de-denis-consigny/012190557/

 

http://www.mediapart.fr/taxonomy/term/35908/0

 

http://www.yvelinesradio.com/infos_all/affichage_all_01_489716576612_2191.html

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 14:50

LE DRAPEAU FRANCAIS

 

 

 

Politique : La victoire sur la pointe des pieds

Par Chantal Sayegh-Dursus

 

 

 

  « Une victoire à l’arrachée est une défaite déguisée ». Ou est-ce encore le point de caractère d’homme normal attaché à la personnalité du nouveau Président de la République Française qui semble avoir minoré cette victoire ; ou encore une crise omniprésente, comme un passage de témoin incandescent du Président sortant au nouveau.

 

Un flonflon d’accordéon, une voie légèrement enrouée, un temps un peu frisquet, furent  l’atmosphère générale de cette soirée du 6 mai 2012. Les gagnants, survoltés, prêts à en découdre avec les perdants, se dispersèrent pourtant assez rapidement ; deux heures après l’allocution de l’homme que leurs efforts et leurs vœux avait porté à la magistrature suprême.

 

Mais au-delà de la victoire du Président socialiste ; ce fut un soulagement général pour les différentes minorités de la République qui avaient été fortement bousculées par le virage à droite toute de l’ancien Président ; un espoir certain pour les Syndicats, superbement ignorés pendant ces cinq dernières années ; une espérance pour les écologistes ; souhaitant de tous leurs vœux  une facture énergétique non polluante pour les générations à venir ; une porte ouverte pour les petits patrons, une attente de la part des jeunes et des smicards ; mais aussi un espoir pour de nombreux pays étrangers dont les drapeaux battaient pavillon sur la place de la Bastille. Parmi ceux-ci les drapeaux grecs, ivoiriens, portugais, espagnols ou  syriens. Et beaucoup de drapeaux rouges. Étonnamment, beaucoup moins de drapeaux français que pour les partisans de l’UMP. Ce que ne manqueront pas de signaler les frontistes pour rebondir aux prochaines législatives. Mais cette campagne a ouvert une attente mondiale qui semble transcender les limites étroites de l’hexagone. Un espoir de solution à un monde qui a été mis en coupe réglée par les banques et les milieux financiers.

 

« Un pacte de stabilité et de croissance pour l'Europe  est nécessaire » dit le nouveau Président de la République Française. Une volonté de tirer l'Europe vers le haut.

Une idée qui  fait son chemin et a déjà bousculé les institutions bancaires européennes [La BCE] et a attiré la sympathie de plusieurs Etats européens qui ne sont pourtant pas tous gouvernés à gauche. 

Mais comment serait-ce possible avec des SMIC inégaux dans les divers Etats de la communauté européenne. Une Angela Merkel qui semble ne rien vouloir lâcher, et être la seule à s’autoriser à « donner le la » dans la zone euro.

 

Ajouté à cela, dans l’hexagone, des perdants qui continuent à faire campagne pour les prochaines législatives, des abstentionnistes qui auraient pu peser pour l’un ou l’autre camp, mais qui ont choisi de s’abstenir ; alors que le Front National et le Front de gauche fourbissent déjà leurs armes pour les prochaines législatives. Un climat mitigé ; donc une victoire en demi-teinte. Et pourtant, que de désespoirs  avaient accompagné le résultat des élections de 2007. 

 

Alors que tous comptent ce qui a été perdu, et que l’on constate l’appauvrissement galopant du pays ; du aux délocalisations qui ont entraîné des coupes sombres dans le tissu industriel ; se répercutant sur tous les acquis sociaux.

 

Tous espèrent pourtant, comme le fit, au Brésil,  Lula, que le nouveau Président français, François Hollande,  apportera des solutions inédites à cette crise mortifère.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 15:57

 

 

LE DRAPEAU FRANCAIS

 

 

 

On sent bien qu’elle piaffe, qu’elle est impatiente de prendre les rênes du pouvoir, la Secrétaire Générale du Parti Socialiste, par exemple :

 

 

  • En affirmant que la retraite à plus de 60 ans était peut-être inéluctable, avant de faire machine arrière à la demande du parti.
  • Ensuite en suggérant, avant tous les autres, que la gauche devrait tourner la page, et envisager un avenir sans DSK,
  • et plus récemment en adoubant Christine Lagarde à la tête du FMI.

 

 

Car elle se voit bien comme Angela Merkel, Martine Aubry. diriger un parti fort et réconcilié qu’elle a elle-même régénéré et réformé. Car il ne faut pas l’oublier c’est bien par manque de programme cohérent que le parti a perdu les dernières élections, et c’est bien à elle qu’on a fait appel pour réveiller et réformer ce parti. Elle aurait donc du être le seul candidat crédible du parti, selon la logique même du parti. Car contrairement à ce que l'on reprochait à Ségolène Royal n'a-t-elle pas su, elle, rassembler ?

 

 

Mais ce qu’elle feint d’oublier, c’est que ceux qui l’avaient propulsée à la tête du parti ne l’avaient fait que pour barrer la route à l’ex-égérie des militants de base. Ils n’allaient surtout pas substituer une femme à une autre, aussi compétente soit-elle. Qui avait d'ailleurs prétendu que Ségolène Royal ne l'était pas. D’ailleurs qu’a donc à voir la compétence en politique ? Depuis quand un bon Ministre de l'économie ne suffirait-il pas dans un gouvernement ? Aussi quand elle s’est avancée pour être en tête de liste aux prochaines présidentielles, pourquoi donc tous se sont-ils  proposés contre elle ?

 

 

Car une femme, Président de la République, cela ferait désordre à la tête du parti.

Elle avait oublié Martine Aubry qu’elle est la Secrétaire Générale d’un parti machiste, peut-être le plus machiste de France.   

 

 

Tout sauf Martine est le nouveau mot d’ordre, comme au  temps du tout sauf Ségolène :

«  Mais qui va garder les enfants ? »

 

 

Le parti socialiste se pourvoira donc d’un «  homme » qui :

 

 

  • n’aura pas réformé le parti,
  • à cause de  querelles personnelles afférantes à sa vie privée lui aura fait perdre les dernières élections,
  • qui pour l’instant n’a fait preuve d’aucune qualité ni compétence particulière pour gérer quoi que ce soit.

 

Mais c’est « un homme », et c’est bien ce qu’exige le parti.

 

 

Articles précédents:

 

 

Politique : Mais qui est Martine Aubry ?

 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 11:55

 

le drapeau reunioniste wallonie-france

  Le drapeau réunioniste Wallonie-France

 

 

drapeau wallon adopté par l'Assemblée depuis 1912

  Le drapeau adopté par l' Assemblée wallonne depuis 1912

 

 

Wallonie et la France

Si la Wallonie était réunie à la France

 

 

 

 Ce ne serait pas la première fois que la France s’agrandirait ainsi pacifiquement, en tirant parti des aléas de l’histoire.

 

 Monaco avait déjà été totalement annexée à la France entre 1794 et 1814, mais ne perdit en fin de compte que Menton et Roquebrune, ce qui représentait tout de même 80% de son territoire. Et après la seconde guerre mondiale, à cause de ses compromissions avec l’Allemagne Nazie, toute disposition avait déjà été prise pour que le reste de la Principauté soit entièrement réunie à la France, mais le Général de Gaulle s’y opposa.

 

Au milieu du XIXe siècle,  par le Traité de Turin, Napoléon III, que Victor Hugo avait surnommé « Napoléon le petit », avait néanmoins obtenu du roi du Piémont, Victor-Emmanuel II, la Savoie et la Haute-Savoie actuelles, ainsi que Nice, en remerciement de l’aide apportée dans sa guerre contre l’Autriche. Les habitants de ces régions, consultés par référendum approuvèrent, à l’époque, avec une écrasante majorité, cette annexion.

 

Mais il n’avait pu obtenir la Belgique et le Luxembourg qu’il convoitait par ailleurs.

 

Depuis cette époque, l’ostracisme des divers mouvements d’extrême droite flamands, font que les Wallons, de sensibilité socialiste,  ont de plus en plus de difficulté à se reconnaître dans la Belgique d’aujourd’hui. Seul le Roi des Belges maintient encore  un semblant de cohésion nationale. En outre, un sondage récent révèle que la majorité des Wallons seraient favorables à l’adoption de la nationalité française ; devenant ainsi la 23e région de France métropolitaine.

 

 

Chantal Sayegh-Dursus 

 

Liens annexes :

 

 

http://www.lunion.presse.fr//article/region/ces-wallons-qui-revent-dun-rattachement-a-la-france

 

http://liege-france.blogspot.com/

 

http://be.altermedia.info/culture/la-belgique-jadis-flamandophile_2101.html

 

 

Partager cet article

Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 21:51


LE DRAPEAU FRANCAIS

 

 

 Nous connaissions le compte Face Book de Nicolas Sarkozy, où les internautes faisant partie de son réseau social pouvaient entrer en relation avec lui. Mais depuis la nuit de Dimanche à Lundi, c’est l’Elysée, lui-même, qui s’est offert un relooking de son site web.

 

Le coût de cette opération de communication de grande envergure est somme toute assez modeste, [100 000 euros] si on prend en compte la prouesse réalisée.

 

On entre d’emblée dans l’actualité du jour : avec une photo de Président, à Washington par exemple, où il se trouve actuellement avec le Président américain Obama.

 

Puis juste en dessous   les différentes réunions et manifestations où il s’est récemment rendu. Et sur la droite tous ses réseaux sociaux.

 

Des onglets interactifs divisés par thèmes permettent d’approfondir les recherches sur différents sujets, tels «  le développement durable » ou «  Agriculture, Pêche et Ruralité »

 

Au Centre de la page, se trouve  un Agenda précis, jour après jour, des activités du Président de la République française.

 

Et on peut avoir  un contact direct avec le Président lui-même, ainsi qu’un archivage de tous ses discours, sous forme de vidéos ou de textes.

 

La  visite du Palais de l’Elysées en 3D est assez réaliste.

 

http://www.elysee.fr/president/accueil.1.html

 

 

Partager cet article

Repost0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 22:51


carte-regionales


 

 

D’abord tout de suite après les résultats, Cohn-Bendit, dont on avait tant attendu qu’il fasse des Verts français un parti écologiste à l’Allemande, et dont l’arrivée avait accouché d’une souris, puis qui s’était finalement retrouvé au Parlement européen revient ; mais, cette fois, avec des idées. Comme par exemple, métamorphoser « Europe écologie » en une coopérative politique  qui rassemblerait tous les partis de gauche, les écologistes et Cap 21.

Mais Cécile Duflot, n’est pas de cet avis pas plus que Martine Aubry, bien que Dominique Voynet et Noel Mamère soient de sont côté, de même que Corinne Lepage, déçue du Modem. A suivre pour le futur…

 

Au gouvernement également, il y a l’après-élection, avec pour l’immédiat un hâtif remaniement, avec la sortie de Xavier Darcos, remplacé par Eric Woerth au Ministère du Travail. Ce dernier est lui-même remplacé par François Baroin au Budget. Entrée de Georges Tron, à la fonction publique. Martin Hirsch s’en va du Haut Commissariat aux Solidarités actives. Son poste sera repris par Marc-Philippe Daubresse.

 

Ces remaniements sont faits après la défaite de l’UMP dans 23 régions sur 26 ; les 3 qui lui sont acquises sont l’Alsace et deux départements d’Outre-mer, la Réunion et la Guyane.

 

L’Alsace où Philippe Richert  l’emporte avec 46, 16% devant les socialistes avec 39,27% et le FN avec 14, 57%. L’UMP à cependant enregistré un retrait dans le département qui avait voté pour les présidentielles  à 60% en faveur de Nicolas Sarkozy.

 

A la Réunion l’UMP, avec Didier Robert a enregistré 45, 46% de votes favorables, la coalition de gauche 36%, et le PS 19 %. Si  les deux partis de gauche avaient fait alliance, ils auraient obtenu au moins 45% des voix. D'autant plus que de nombreux électeurs, courroucés par cette dissension ne sont pas allés aux urnes, ou ont émis un vote blanc.

 

En Guyane,  Rodolphe Alexandre, qui militait depuis 20 ans dans les partis de Gauche a rejoint l’Union pour la majorité, et devance Christiane Taubira avec 56,11% des suffrages.

 

Au final, pour le second tour des régionales le PS et ses alliés obtiennent  54,3% des suffrages, L’UMP 36,1%  et le FN 8,7%.

 

Et comme une défaite n’arrive pas sans de multiples ressentiments, Eric Besson qui s’était fait un peu bousculer par l’humoriste Stéphane Guillon, pour son rôle supposé  dans la défaite de l’UMP, proteste. Ce qui a créé un buzz vers les vidéos de ce dernier :

 

Eric Besson :


http://www.videobuzzy.com/Stephane-Guillon-Besson-Le-Pen-et-le-FN-2363.news

 

 Bernard Kouchner :

 

http://www.wat.tv/video/france-inter-stephane-guillon-18vm3_oxa4_.html

 

Nicolas Sarkozy :

 

http://www.tu.tv/noExisteVideo/undefined

 

Dominique Strauss Kahn : 

 

http://www.dailymotion.com/video/x8efvy_guillon-visite-de-dsk-%C3%A0-france-inte_fun

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 22:36

DESIRS D'AVENIR

 

 

Avec 60, 61 % de votants en sa faveur, elle a pu justifier sa légitimité nationale, non seulement par le fait d’avoir été plébiscitée dans sa région en Poitou-Charentes, mais en rappelant à tous que, seuls les élus sur le terrain, vivaient au quotidien avec la France qui travaille et connaissaient ses problèmes et ses préoccupations.

 Détendue, arborant un court gilet rose sur une petite robe noire, en tenue décontractée, sans pour autant être négligée elle s’est affirmée en face de tous comme la représentante élue et légitime du parti. Et
s’est présentée comme un chef de parti et s’est permis de parler au nom du PS, sans pour autant prononcer son nom ; devançant par là-même la Secrétaire Générale du Parti Socialiste, Martine Aubry.

 
Ségolène Royal a été longuement applaudie et un magnifique bouquet de roses, symbole du PS  lui a été offert. Elle s’est présentée comme un recours contre " un  gouvernement qui fait une politique qui épuise la France."

 

Sa stratégie a été payante, car pendant toute la campagne, elle a joué les Alliances, avec le Modem et le Parti Ecologiste, qui l’ont rejoint au second tour, et elle a été plus plébiscitée qu’en  2004, où elle avait obtenu 55% des suffrages, dès le premier tour, mais avec les alliances.

 

Son adversaire : le Secrétaire d’Etat aux  Transports, et Président du Conseil Général de la Charente-Maritime, Dominique Bussereau, avec 39,39% des voix.

Bien que représentant plus que la moyenne  nationale de l’UMP il a du s’incliner devant le suffrage universel, malgré des promesses de campagne plus qu’alléchantes pour la région :


« (…) Nous nous engageons, à l’inverse, à créer 30 000 nouveaux emplois dans la région d’ici 2014, grâce aux investissements conjugués de l’Etat, de la région et des autres collectivités.
Nous nous engageons à soutenir massivement les projets locaux, afin de développer l’emploi dans les bassins (…)"


Articles précédents: 

Politique : « Madame Royal » une interview réactualisée  


Partager cet article

Repost0
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 22:40


Flag of Guadeloupe

Le Président de la Région, d’étiquette  socialiste, a bénéficié d’une victoire écrasante dès le premier tour des régionales, grâce à un suffrage de 56,5 % des voix, avec 49,8% de votants exprimés. Mais aussi, avec l'arrivée et le soutien d’une alliée inattendue en la personne de Gabrielle Louis-Carabin, fondatrice de l’UMP- Guadeloupe.

 

Cette alliance, contre nature, a pu se concrétiser, à cause de la nomination de l’UMP Marie-Luce Penchard ; fille de l’ancien Ministre de la francophonie, Lucette Michaux-Chevry, en tant Ministre des Départements et territoires d’Outre-Mer.

Cette dernière résidant actuellement en Métropole, a donc bénéficié d’un parachutage en bonne et due forme.

 

Depuis ce qu'elle considère comme un affront, Gabrielle Louis-Carabin ne décolère pas. Elle a d'ailleurs rendu sa carte de membre à l’UMP.

 

Une fois encore l’ouverture a payé, mais  cette fois, au bénéfice du Parti Socialiste de Guadeloupe et en contre-emploi de l’objectif recherché par la nomination de la jeune Ministre UMP, par Nicolas Sarkozy. 
En outre, cette dernière, lors de sa campagne pour les régionales avait été épinglée pour des propos incompatibles avec sa fonction de Ministre:

 

“Nous en sommes à une enveloppe de plus de 500 millions d’euros aujourd’hui pour l’Outre-mer, et ça me ferait mal de voir cette manne financière quitter la Guadeloupe au bénéfice de la Guyane, au bénéfice de la Réunion, au bénéfice de la Martinique ».

 

Mais Victorin Lurel a d'abord battu sa rivale, qui n’a recueilli que 14% des suffrages,  par une stratégie tout à fait personnelle :

 

  • Il a occulté les évènements de 2009, ainsi que le débat sur l’évolution statutaire.
  • Il a parlé de "tirer un trait sur le passé d’esclaves "; ce qui a mis de son côté les petits patrons locaux, ainsi que les ancien colons et a eu un effet lénifiant sur l'ensemble de l'électorat ; en rassurant les craintifs et tous les conservateurs de la région sur la continuité nationale.
  • Il s’est battu sur des questions basiques ;  en s’opposant, par exemple,  au Décret sur la mobilité des fonctionnaires, qui sont nombreux aux Antilles à cause de l’inexistence du tissu industriel local.  Et s’est dit prêt à s’associer au recours juridictionnel du groupe socialiste de l’Assemblée Nationale contre ce Décret ; ce qui lui a valut le soutien du L.K.P.
  •  
  • Bref, il a su tirer parti de toutes les failles de son adversaire, novice en politique. Mais à travers elle, c’est sa mère, ennemie de longue date, qu’il a visé, Lucette Michaux-Chevry, la dame de fer de la Guadeloupe.

 

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20091106.FAP1994/marieluce_penchard_devient_ministre_de_loutremer.html

 

http://www.montraykreyol.org/spip.php?article2713

 

http://www.fwiyapin.fr/2010/03/entretien-avec-lucette-michaux-chevry/


 

Articles Précédents :

 

Politique : Démenti cinglant aux velléités d’autonomie des DOM

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 22:12

LE DRAPEAU FRANCAIS


Depuis les élections présidentielles de 2007, le Front National semblait relégué aux oubliettes.

 

 La création d’un Ministère de l’Identité Nationale et de l’Immigration, doublé du mécontentement de ceux qui, ayant voté Nicolas Sarkozy, estimant que l’ouverture n’a aucune raison d’être, semblent l’avoir rendu à nouveau bien vivant.

 

Il est vrai que le débat sur l’identité nationale, voulu par Eric Besson, et la législation en cours contre le port du voile dans les lieux publics, lui ont donné une tribune inespérée. Cela a commencé par des plaisanteries douteuses,  des allusions sous-jacentes et même par la remise en cause de ceux choisis pour représenter les Français du fait de leurs origines ethniques ou confessionnelles

 

Le résultat aux élections a été le reflet de ce que ressentaient une partie de l’électorat, le reclassant comme le 4e  parti de France, avec 20,29% des suffrages en Provence-Alpes-Côte d’Azur et 11, 55% au niveau national ; juste derrière Europe Ecologie avec 12,32%. Bref un parti pouvant se confronter à l’UMP pour les présidentielles de 2012.

 

 

Mais si l’électorat du Front National n’était pas tout à fait celui auquel  on penserait :

 

« En novembre dernier, au lancement du débat sur l’identité nationale voulu par Éric Besson, alors soutenu par Nicolas Sarkozy, Charlie enchaîné recevait un courriel d’un lecteur, Brahim, se déclarant Français d’origine algérienne et affirmant qu’il voterait pour le Front national aux prochaines élections. Nous avons alors demandé aux contributeurs du site de répondre à Brahim. Quatre d’entre eux — Hadi Taibi, Sarkophage, silette et Chantal Sayegh-Dursus — ont répondu à l’appel de Charlie enchaîné. Nous les remercions vivement de leurs contributions respectives »…

[Extrait de la Revue de Presse de Charlie Hebdo et du Canard Enchaîné]

 

http://charlieenchaine.free.fr/?Je-suis-Francais-d-origine&artpage=5-5


 

Partager cet article

Repost0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 22:58


carte de france

Carte de France des régions

 


Peu nombreux sont ceux qui se sont déplacés pour aller voter,aujourd'hui. Le taux d’abstention a été de plus de 53 % ; soit de 14% de votants de moins que pour les régionales de 2004.

 

 Pourtant le PS l’emporte haut la main, avec  29,48% des suffrages ; un score plus élevé qu’en 2004, suivi par l’UMP avec un peu plus de 27%. La Réforme électorale qui s'était faite au détriment du PS n'a donc pas eu les résultats escomptés. Sur les 20 ministres présentés par le gouvernement aucun ne semble en position de pouvoir l'emporter au second tour. Mais la grande surprise est le parti écologiste avec un résultat tournant autour de 13%. Chose surprenante,  le Front National se maintient au second tour, dans 12 régions sur 22.

Les grands perdants sont le Modem avec 4 %, le Nouveau Centre et le Front de gauche.  Car avec un résultat de moins de 10%, ils ne pourront pas se présenter au second tour.

 

François Bayrou, s’est exprimé, ce soir en vidéoconférence sur TF1, avec des accents gaulliens dans la voix :

 

«  Ce n’est pas parce que nous avons perdu aujourd’hui que nos revendications ne sont pas justes…Nous avons du refaire et reconstituer tout notre parti, à cause de nombreuses défections [résultant de l’ouverture]. Mais nous avons de nombreux nouveaux venus qui représentent l’espoir de la France de demain. Si nous perdu aujourd’hui, c’est parce que nous nous préparons encore, avec eux. Je remercie tous ces jeunes qui se sont investis à mes côtés »

 

Il semblerait, par contre que le Nouveau Centre, constitué par les anciens du Modem soit, lui, devenu invisible et se soit dissout dans l’UMP. Quand, Christian Morin, son Président, reprend ses arguments, pour expliquer la défaite, lors de son intervention sur TF1 :

 

« Plus de 50% d'abstention, c'est la preuve que les régions ne se sont pas imposées dans le paysage politique et qu'il est temps de transformer en profondeur les collectivités locales ».


 
Articles précédents:

Politique : Pour François Bayrou, la traversée du désert

Politique : Dominique de Villepin revient en Politique

Politique : « Madame Royal » une interview réactualisée

Politique : Méli mélo médiatique



Partager cet article

Repost0

L' ESPRIT D'ACTU

Des analyses et des faits qui mettent en perspective  notre Monde tel qu'il se dessine et nous aident à nous projeter vers ce que nous en faisons pour demain

drapeau européen

Rechercher

Articles

 Economie, Social, Politique, Finance, , Education, Société, Culture, Nouvelles Technologies, Sport, Météo 

Archives